Skip links

Laval, Ville d’Art et d’Histoire

L'histoire de Laval au fil des siècles...


Née au Moyen-âge des volontés d’un seigneur de contrôler le passage sur la route de Bretagne, Laval s’affirme durant les Temps Modernes comme une ville à l’économie dynamique reposant sur le commerce de la toile de lin. Passé la Révolution française, le cadre urbain se voit en grande partie transformé par les volontés de Napoléon Ier et Napoléon III.

Laval, ville seigneuriale (11e-16e siècles)

Dominant depuis le 13e siècle la vallée de la Mayenne, la haute silhouette du donjon du château incarne la domination exercée par la lignée des Guy de Laval sur leur territoire. Autour du monument s’organise une ville aux rues pittoresques marquées par la présence de nombreuses maisons à pan de bois. Les limites de cet espace urbain médiéval demeurent matérialisés par la porte Beucheresse, la tour Renaise ou les remparts sud qui rappellent l’existence d’une puissante enceinte défensive protégeant autrefois la cité. Au-delà, se développent des noyaux périurbains autour de fondations religieuses comme Avesnières au sud ou Saint-Martin et les Cordeliers à l’ouest.

Maisons à pan de bois dans le centre-ville historique

Laval, ville bourgeoise (16e-18e siècles)

La canalisation de la rivière sous le règne de François Ier permet à Laval d’intensifier ses échanges avec les ports de la Loire. Si le tuffeau devient présent dans toutes les constructions majeures telles le Château-neuf ou l’église Saint-Vénérand, il gagne également les demeures privées comme la maison du Grand Veneur. Cette profonde modification de l’architecture témoigne du degré de fortune atteint par les marchands de toile de lin qui, grâce à l’ouverture de leur commerce à l’international, revendiquent une position sociale plus élevée. Ce souhait s’incarne dans la mise en œuvre de remarquables hôtels particuliers entre cour et jardin qui, au cours du 18e siècle, colonisent les secteurs du Gast ou de Bel-Air.

maison du Grand Veneur

Laval, ville impériale (19e siècle)

La création de la route impériale vers l’arsenal de Brest conduit à l’aménagement d’une grande traverse est-ouest autour de laquelle se développe la ville nouvelle. Une parure monumentale d’inspiration néo-classique avec préfecture, hôtel de Ville et théâtre traduit la volonté des nouvelles élites d’ancrer Laval dans la modernité. Au nom de la pensée hygiéniste, des quais sont construits autour d’une rivière détournée de son lit primitif. Des promenades publiques s’ouvrent à proximité de la Mayenne à l’image du square de Boston ou sur les hauteurs avec le jardin botanique de la Perrine. Ces espaces verts deviennent le lieu d’une sociabilité qui s’exprime également dans la construction du musée des Beaux-arts et de bâtiments publics qui constituent les repères d’une trame urbaine toujours familière aux Lavallois.

Théâtre de Laval

Défiler vers le haut